Évènements publics

L’idée russe : journée de partage

« L’idée russe » : puiser aux sources d’une pensée féconde

Samedi 11 décembre 2021, auditorium de la bibliothèque Mériadeck, Bordeaux

10h30 – 12 h Rencontre autour des œuvres de Nicolas Berdaiev (1874-1948) et Léon Tolstoï (1828-1910)

Florence Louis interroge Edouard Schalchli (agrégé de lettres classiques, docteur ès lettres) et Jean-Michel Dauriac (spécialiste de L. Tolstoï)

«  Berdiaev est un homme dangereux » avertit Edouard Schalchli dans sa préface à L’homme et la machine : alors que l’orientation de nos sociétés modernes vers toujours plus d’organisation technique et étatique peut apparaître comme le plus grand danger que l’humanité ait jamais couru, prise en tenaille entre la destruction de la nature et celle de la liberté, lire Berdaiev, c’est assurément prendre à rebours nos modes de pensée et tenter d’affronter une vérité dérangeante si ce n’est inaudible : c’est notre âme qui disparaît sous les coups de la (dé)civilisation numérique. Abandonnant le marxisme au profit d’un socialisme anarchisant, converti au christianisme, exilé en Allemagne puis en France au début des années 1920, Berdiaev devient une des sources les plus fécondes de l’existentialisme et de la pensée personnaliste naissante (Mounier, Ellul, Charbonneau, Giono…) : plusieurs de ses nombreux ouvrages publiés dans le monde entier sont en cours de réédition en France.

Quelles relations établir entre cette œuvre et la postérité de celle de Léon Tolstoï ?

14h-15h Nous autres, d’Eugène Zamiatine, 1924, premier roman dystopique à hauteur d’homme

Lecture d’extraits, par Magali Escatafal et Samuel Flury

15h-17h30 Table ronde autour de la Parabole du Grand Inquisiteur (Les frères Karamazov, F. Dostoïevski)

A l’occasion de la parution aux Editions R&N d’une Nouvelle anthologie du Grand Inquisiteur (novembre 2021), Mise en perspective des lectures de Nicolas Berdiaev et Romano Guardini (Edouard Schalchli), Bernard Charbonneau (Daniel Cérézuelle, philosophe), Ivan Illich et Giorgio Agamben (Florence Louis), Jacques Ellul (Jean-Philippe Qadri) et Jean Brun.

18h-19h Performance poétique bilingue Mes pas captent le vent , avec Philippe Rousseau

Une performance relative à l’ouvrage éponyme, éditions Electre (2021) : Sur les traces de Blaise Cendrars, un carnet de voyage sous forme de monologue poétique dans la Russie hivernale traversée par le Transsibérien. Entre vertige et contemplation, le narrateur hésite, doute et rencontre

Pages : 1 2

Article précédent

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

Laisser un commentaire