Ateliers enfants, Des mots dans les arbres, Ici et là: philosopher avec les enfants

Des mots dans les arbres, une 3ème édition haute en couleur !


Des mots dans les arbres, trois journées festives autour du thème “ D’autres mondes », dans le cadre de Partir en livre ! La troisième édition s’est déroulée les 11, 12 et 13 juillet 2018 !
« L’art de conter est devenue chose rare. »
W. Benjamin, Le conteur.

Trois après-midis philo/arts pour enfants

Le mercredi 11 juillet 2018 au Jardin de l’Ephémère, quartier Marcel-Sembat à Bègles: un pique-nique réunit petits et grands.

Des mots dans les arbres – Jardin de l’éphémère

Une vingtaine d’enfants du centre d’animation Bordeaux Sud nous rejoignent pour un après-midi sous le signe du Taureau bleu, conte de Bretagne.

Après lecture et atelier philo ( « que nous racontent les contes ? »), peinture et écriture concentrent l’attention des petits vacanciers…

Des mots dans les arbres – Jardin de l’éphémère – atelier décor

Certains préparent aussi le décor du spectacle du vendredi…

Le jeudi 12 juillet 2018  reprise des ateliers à Bordeaux, Place Dormoy : cette fois c’est un conte indien qui nous interroge : l’histoire d’un enfant parti à la recherche de l’eau, tirée des Contes de Vivek l’éléphant, de Partap Sharma.

Les contes nous entrainent dans des mondes imaginaires, nous font vivre des émotions fortes, nous enseignent les sagesses de l’humanité et nous apprennent à grandir, expliquent les philosophes en herbe.

 

Place Dormoy, jeudi 12 juillet 2018

S’ensuivent peinture libre et écriture, maquillage et création de décor !

Le vendredi 13 juillet 2018 l’après-midi s’ouvre sur une légende de Nouvelle-Zélande : le tatouage de Mataora écrit et illustré par Céline Ripoll et Sébastien Ripoll.

Le débat porte sur la sagesse du conte, la transmission des règles du « monde d’en-bas »,  la non-violence, qui passe par la tradition du tatouage.

 

La préparation de la place bat son plein : l’Union Saint-Jean nous rejoint pour confectionner des oiseaux  pour accueillir nos deux conteuses !

De la Bretagne au Pacifique : écouter les mots d’autres mondes

En soirée, un large public familial répond présent pour un spectacle gratuit. De la France à Tahiti, la magie des contes emporte petits et grands dans un festival d’histoires !

En première partie, Noémie Robert emmène petits et grands dans son univers poétique et convivial, du village de nos grands-mères à la Bretagne intemporelle.

Noémie Robert, conteuse

Puis nous accueillons une représentation de l’auteure et conteuse Céline Ripoll, « La légende du cocotier et autres contes de Tahiti », suivie d’une rencontre dédicace avec la librairie du Contretemps !

Céline Ripoll, 13 juillet 2018, Des mots dans les arbres

Céline Ripoll exprime avec un grand talent la poésie et la force de la diversité polynésienne. Les rythmes et la musicalité enivrent littéralement les spectateurs !

La soirée s’achève en musique avec Sakré-Koeur et Lyonel, son invité des îles, autour d’un repas préparé par les bénévoles du Petit Grain !

 

 

 

Des mots dans les arbres 

 

 

un événement culturel, convivial et gratuit pour la jeunesse pendant un mois de juillet où les enfants et les jeunes sont en vacances et ont besoin d’animations artistiques et culturelles près de chez eux!

Une manifestation en partenariat avec l’association le Jardin de l’Ephémère et la librairie du Contretemps à Bègles ainsi que le Petit Grain, café associatif à Bordeaux . Philosphères remercie son équipe ainsi que Partir en livre, la mairie de quartier Bordeaux Sud et le Géant des Beaux-Arts pour leur soutien.

A l’année prochaine !

Ateliers enfants, Juniors du développement durable

Juniors du développement durable, la saison 2018-2019 commence !

L’association intervient dans le cadre des Juniors du Développement durable auprès des écoles maternelles et primaires et des établissements accueillant des enfants souffrant de handicap de la Métropole bordelaise.
Philosphères emprunte différents chemins pour amener les enfants à s’interroger sur leur place au sein d’un monde vivant. La discussion à visée philosophique part d’albums jeunesse ou de jeux conçus pour interroger un thème particulier : la nature, l’animal, la liberté, la solidarité… Les ateliers d’éveil philosophiques et artistiques donnent lieu à des créations plastiques qui symbolisent le fruit des réflexions nées de l’échange. L’ouverture sur d’autres structures (EHPAD, MAS…) peut également permettre d’interroger la relation aux autres et les comportements de chacun.
Apprendre à prendre la parole et à écouter en y prenant plaisir est un préalable à la construction d’une pensée autonome et responsable.

Read More

Ateliers adultes, Jeudis de la philosophie

Les Jeudis de la philosophie : 2018/2019

Découvrez le programme 4ème cycle 2018-2019 et le programme 2018 2019 Atelier contemporain.

Tarifs pour un cours :

  • plein : 250 euros/ an (28 séances) + 10 euros adhésion
  • réduit (étudiant, petite retraite, minima sociaux) : 140 euros/an (28 séances) + 10 euros adhésion

Pour deux cours, 10 % de réduction. Paiement en une, trois ou huit fois.Inscription Philosphères 2018-19 et renseignement par mail philospheres@leflog.net ou téléphone 0677605390

Read More

Ateliers enfants

Pour une philosophie enfantine

Quand le grand Karl Jaspers évoque la philosophie pratiquée par les enfants…

« Une petite fille fait une promenade ; à l’entrée d’une clairière, on lui raconte des histoires d’elfes qui y dansent la nuit. « Mais pourtant, ils n’existent pas… » On lui parle alors des choses réelles, on lui fait observer le mouvement du soleil, on discute la question de savoir si c’est le soleil qui se meut ou la terre qui tourne, on produit les raisons de croire à la forme sphérique de la terre et à son mouvement de rotation… « Mais ce n’est pas vrai, dit la fillette en frappant du pied le sol, la terre ne bouge pas. Je ne crois que ce que je vois. » On lui réplique : « Alors tu ne crois pas au bon Dieu, tu ne le vois pas non plus. » La petite semble interloquée, puis déclare résolument : « S’il n’existait pas, nous ne serions pas là. » Elle avait été saisie d’étonnement devant la réalité du monde : il n’existe pas par lui-même. Et elle comprenait la différence qu’il y a entre un objet faisant partie du monde et une question concernant l’être et notre situation dans le tout.
Une autre enfant va faire une visite et monte un escalier. Elle prend conscience du fait que tout change sans cesse, que les choses s’écoulent et passent comme si elles n’avaient pas existé. « Mais il doit pourtant bien y avoir quelque chose de solide. Je monte maintenant, ici, un escalier pour aller chez ma tante, ça je veux le garder. » Sa surprise et sa frayeur devant l’écoulement universel et l’évanescence de tout lui faisaient chercher à tout prix une issue.

 

Constituer toute une philosophie enfantine

En collectionnant des remarques de ce genre, on pourrait constituer toute une philosophie enfantine. On alléguera peut-être que les enfants répètent ce qu’ils entendent de la bouche de leurs parents et des autres adultes ; cette objection est sans valeur lorsqu’il s’agit de pensées aussi sérieuses. On dira encore que ces enfants ne poussent pas plus loin la réflexion philosophique et que, par conséquent, il ne peut y avoir là chez eux que l’effet d’un hasard. On négligerait alors un fait : ils ont souvent une sorte de génie qui se perd lorsqu’ils deviennent adultes. Tout se passe comme si, avec les années, nous entrions dans la prison des conventions et des opinions courantes, des dissimulations et des préjugés, perdant du même coup la spontanéité de l’enfant, réceptif à tout ce que lui apporte la vie qui se renouvelle pour lui à tout instant ; il sent, il voit, il interroge, puis tout cela lui échappe bientôt. Il laisse tomber dans l’oubli ce qui s’était un instant révélé à lui, et plus tard il sera surpris quand on lui racontera ce qu’il avait dit et demandé. »

Karl Jaspers, Introduction à la philosophie, 10/18, Plon, 1965

cinétoiles

Cinéphilo rêve et réalité

 

Ce mardi 24 juillet au matin nous retrouvons une douzaine d’enfants à la maison des lacs de Bègles où l’association Remue-Méninges propose un accueil pour les vacances.

La chaleur estivale nous fait apprécier la projection dans la confortable salle polyvalente du film Kerity la maison des contes. Le héros doit lire une formule magique qui lui permettra de sauver tous les personnages des contes que sa grand-tante lui lisait avant sa disparition. Or, malgré tous ses efforts après une année en école primaire, il ne sait pas lire ! Une quête menée tambour battant qui l’amènera à grandir, à dépasser son blocage et à sauver ce monde de l’imaginaire sans lequel la vie manque de sens.

Notre débat commence ainsi : un enfant rappelle la formule magique : « ce n’est pas parce que c’est inventé que ça n’existe pas ». La réflexion s’articule naturellement autour des oppositions réel/imaginaire, croyance/incroyance, vrai/faux, inventé/existant. Pourquoi inventer des histoires qui n’existent pas en vrai ? Les enfants s’accordent sur l’importance du rêve : pourquoi avons-nous besoin de rêver ? « Pour le plaisir », »pour trouver des solutions aux problèmes de la vie quotidienne », « pour ne pas s’ennuyer », « pour vivre des émotions », « pour colorer la vie », « pour grandir ».. Celui qui n’arrive pas à rêver sa vie et n’y voit que des choses tristes risque de provoquer encore plus le malheur, explique une fillette. Heureusement, les vacances sont un temps parfait pour s’adonner au rêve !

 

Ateliers adultes, Évènements publics, Racontez-nous

Racontez-nous !

LES QUARTIERS DE LA GARE
ENTRE PASSÉ, PRÉSENT ET AVENIR

– Des ateliers de parole avec les habitants et les nouveaux arrivants

– Un projet éditorial

Genèse du projet

Une œuvre de l’artiste David Selor, Bordeaux 2018

En 2018, c’est toute la métropole bordelaise qui s’ouvre en son cœur.
Le quartier Saint-Jean-Belcier, dans le cadre du projet

Euratlantique, est le
théâtre actuel d’un bouleversement profond de ses paysages architecturaux, de son environnement mais également de sa population. D’ici 2020, le quartier s’apprête ainsi à accueillir des milliers d’habitants, d’actifs et de visiteurs.
A l’heure de ces mutations, il semble indispensable d’accompagner ces
changements par une démarche citoyenne, philosophique, ludique, conviviale et ouverte à tous. Car pour accueillir, encore faut-il savoir ce qu’on a à offrir, encore faut-il connaître son identité, son histoire.

« On ne peut pas faire de projection sur l’avenir quand on n’a pas de mémoire. »
Myriam Revault d’Allonnes

Convaincus de la nécessité d’accompagner ces grandes mutations architecturales et sociétales par la réflexion en commun, nous lançons des ateliers à destination des habitants des quartiers Saint-Jean, Sacré-Coeur, Belcier et Carle Vernet. Les personnes âgées représentent notamment une population soucieuse de transmettre et de dialoguer autour des lieux qui leur tiennent à cœur.
De l’automne 2017 et durant 2018 à l’été 2019, une cinquantaine de rendez-vous est programmée avec la population afin de

recueillir leurs témoignages sur l’histoire et leur vision de ces quartiers.

Un projet éditorial

Par le recueil de ces différents témoignages, comp

létés d’interview individuels, de reportages et d’un travail de recherche documentaire, ce projet donnera lieu à l’édition d’un ouvrage grand public aux Editions du détour, présentant l’histoire des qu

artiers limitrophes de la gare depuis les années 1930 à aujourd’hui.
Présenté sous forme de chapitres thématiques, il dressera un portrait passé et actuel de ces différents quartiers. Innovant, ce livre se veut « participatif ». Il sera le reflet du vécu et du regard des habitants, sollicités pour contribuer à l’ouvrage par des témoignages, des écrits, des productions visuelles et artistiques et la recherche de documents inédits.

Rencontres avec les habitants

Ouvertes à tous, ces rencontres sont animées par Florence Louis de l’association Philosphères et Marianne Peyri, journaliste indépendante, toutes deux habitantes du quartier Saint-Jean/Sacré-Coeur depuis douze ans.
Pour chaque atelier, pendant deux heures, chacun se livre avec enthousiasme sur sa propre histoire au fil du temps et de ces rues, des lieux fréquentés, des moments forts vécus dans ces quartiers ; petites histoires du quotidien reliées à la Grande Histoire comme à l’évolution des modes de vie. Les témoignages des uns suscitant les souvenirs des autres, dans un va-et-vient d’échanges riches et complices. Le tout avec émotion et un plaisir évident de raviver le passé et de le partager.
De l’automne 2017 à juin 2018, nous avons animé 18 ateliers de deux heures. A ces temps d’ateliers collectifs, s’ajoutent, des heures d’entretien individuel de personnes repérées lors des ateliers ou souhaitant témoigner hors atelier collectif et de reportages (entreprises, lieux culturels, curiosités architecturales, visites de chantier, personnalités…)

A partir de la rentrée 2018 :

  • travail avec le Centre d’animation Bordeaux Sud sur le quartier Carle Vernet
  • réflexion, écriture et photographie au Collège Aliénor d’Aquitaine
  • ateliers à la bibliothèque Flora Tristan, à la MECA, au Petit Grain…

N’hésitez pas à nous rejoindre ! Vous pouvez nous contacter :  philospheres le flog.net ou par téléphone : 06 77 60 53 90 / 06 12 48 25 49

EN SYNERGIE AVEC LES ACTEURS LOCAUX

Ce projet est construit de façon transversale avec notamment de nombreuses associations basées dans ces quartiers, structures qui nous accueillent dans leurs locaux lors des ateliers et/ou nous assurent une mise en lien avec leurs publics ou adhérents (Manufacture Atlantique, Union Saint-Jean, cafés du quartier du Sacré-Coeur/Saint-Jean (Voat’, Méditerranée…), commerces, Le Village Bordeaux Sud, la Labo Photo, Urban Photo Hunt, Centre d’animation Bordeaux Sud, bibliothèque Flora Tristan, FRAC, Collège Aliénor, Alternatives urbaines…).

Nous remercions nos soutiens :
❖ Fonds Cré’Atlantique
❖ PACTE : Pacte de cohésion sociale et territoriale