Ateliers adultes, Évènements publics, Racontez-nous

Racontez-nous !

LES QUARTIERS DE LA GARE
ENTRE PASSÉ, PRÉSENT ET AVENIR

Des ateliers de parole avec les habitants & Un projet éditorial

Genèse du projet

En 2018, c’est toute la métropole bordelaise qui s’ouvre en son cœur.
Le quartier Saint-Jean-Belcier, dans le cadre du projet Euratlantique, est le théâtre actuel d’un bouleversement profond de ses paysages architecturaux, de son environnement mais également de sa population. D’ici 2020, le quartier s’apprête ainsi à accueillir des milliers d’actifs et de visiteurs.
A l’heure de ces mutations, il semble indispensable d’accompagner ces changements par une démarche citoyenne, philosophique, ludique, conviviale et ouverte à tous. Car pour accueillir, encore faut-il savoir ce qu’on a à offrir, encore faut-il connaître son identité, son histoire.

« On ne peut pas faire de projection sur l’avenir quand on n’a pas de mémoire. »
Myriam Revault d’Allonnes

Convaincus de la nécessité d’accompagner ces grandes mutations architecturales et sociétales par la réflexion en commun, nous proposons des ateliers à destination des habitants des quartiers Saint-Jean, Sacré-Coeur, Belcier et Carle Vernet. Les personnes âgées représentent notamment une population soucieuse de transmettre et de dialoguer autour des lieux qui leur tiennent à cœur.

De l’automne 2017 et durant 2018 à l’été 2019, une cinquantaine de rendez-vous est programmée avec la population afin de recueillir leurs témoignages sur l’histoire et leur vision de leurs quartiers.

Un projet éditorial

Par le recueil de ces différents témoignages, complétés d’interview individuels, de reportages et d’un travail de recherche documentaire, ce projet donnera lieu à l’édition d’un ouvrage grand public, présentant l’histoire des quartiers limitrophes de la gare depuis les années 1930 à aujourd’hui.
Il dressera un portrait passé et actuel de ces différents quartiers. Innovant, ce livre se veut « participatif ». Il sera le reflet du vécu et du regard des habitants, sollicités pour contribuer à l’ouvrage par des témoignages, des écrits, des productions visuelles et artistiques et la recherche de documents inédits.

Rencontres avec les habitants

Ouvertes à tous, ces rencontres sont animées par Florence Louis de l’association Philosphères et Marianne Peyri, journaliste indépendante, toutes deux habitantes du quartier Saint-Jean/Sacré-Coeur depuis une douzaine d’années.
Pour chaque atelier, pendant deux heures, chacun se livre avec enthousiasme sur sa propre histoire au fil du temps et de ces rues, des lieux fréquentés, des moments forts vécus dans ces quartiers ; petites histoires du quotidien reliées à la Grande Histoire comme à l’évolution du monde. Les témoignages des uns suscitant les souvenirs des autres, dans un va-et-vient d’échanges riches et complices. Le tout avec émotion et un plaisir évident de raviver le passé et de partager une réflexion sur le présent et l’avenir.

De l’automne 2017 à juin 2018, nous avons animé 18 ateliers de deux heures. A ces temps d’ateliers collectifs, s’ajoutent, des heures d’entretien individuel de personnes présentes lors des ateliers ou souhaitant témoigner hors atelier collectif et de reportages (entreprises, lieux culturels, curiosités architecturales, visites de chantier, personnalités…)

A partir de la rentrée 2018 :

  • travail avec le Centre d’animation Bordeaux Sud sur le quartier Carle Vernet, en lien avec le Labo Photo, Clairsienne et Aquitanis, de mars à octobre 2019
  • réflexion et écriture au Collège Aliénor d’Aquitaine de janvier à avril 2019 avec la classe de 6ème 8 , projet « quand la ville construit »
  • atelier à la bibliothèque Flora Tristan le 11 mai 2019 à 16 heures
  • ateliers au Club senior Vilaris les 28 mai, 4 et 11 juin 2019 de 14heures à 16 heures

La rédaction de l’ouvrage suivra les derniers ateliers, pour une publication prévue à l’automne 2020.

N’hésitez pas à nous rejoindre ! Vous pouvez nous contacter :  philospheres  arobase leflog.net

ou par téléphone : 06 77 60 53 90 / 06 12 48 25 49

EN SYNERGIE AVEC LES ACTEURS LOCAUX

Ce projet est construit de façon transversale avec notamment de nombreuses associations basées dans ces quartiers, structures qui nous accueillent dans leurs locaux lors des ateliers et/ou nous assurent une mise en lien avec leurs publics ou adhérents (Manufacture Atlantique, Union Saint-Jean, cafés du quartier du Sacré-Coeur/Saint-Jean, Le Village Bordeaux Sud, la Labo Photo, Urban Photo Hunt, Centre d’animation Bordeaux Sud, bibliothèque Flora Tristan, FRAC, Collège Aliénor, Alternatives urbaines, Labo Photo…).

Nous remercions nos soutiens financiers :

PACTE : Pacte de cohésion sociale et territoriale (Mairie de Bordeaux- CAF- Etat),  Fonds Cré’Atlantique, L’Eau Bordeaux métropole – SUEZ SGAC, Aquitanis, Clairsienne, Comité des financeurs

logo de bordeauxlogo de la caf

Ici et là: philosopher avec les enfants

Philo’terre : ateliers parole et argile

Atelier philo’terre à la maison écocitoyenne de Bordeaux


Adultes et enfants sont invités à une réflexion sur la démesure de la consommation, les déchets et la réinscription du monde dans les cycles de la nature. Les débats s’accompagnent d’une activité de création en argile, qui ouvre sur la sensation, le maniement de la matière naturelle et l’imagination.
Philosophe en herbe et petites âmes d’artistes sont les bienvenus !

A la Maison écocitoyenne de Bordeaux, gratuit sur inscription au 05 24 57 65 20, à partir de 6 ans,
> Dimanche 5 mai, de 11h à 12h45
> Samedi 29 juin de 11h à 12h45

Ateliers enfants, Ici et là: philosopher avec les enfants

Puzzle d’œuvres – Tracts libres !

Rendez-vous le 22 mai de 14 heures à 17 heures à la Bibliothèque Saint-Michel des Capucins pour un atelier philo’art autour de la liberté, dans le cadre de la Fabrique du citoyen #4 !
Après une réflexion philosophique sur la liberté basée sur des œuvres d’art, création de tracts mettant en avant la liberté, dans toutes ses formes.
Atelier ouvert aux enfants de 8 à 12 ans, réservations au 0556911879, animé par Florence Louis et l’artiste plasticien Victor Cornec.

cinétoiles, Évènements publics

Funan

Funan, le film

Nous proposons un ciné-philo autour du magnifique film d’animation Funan, de Denis Do, sorti en salle le 6 mars 2019

Esthétiquement et émotionnellement puissant, Funan est un film d’animation profondément humaniste, qui a remporté le Cristal d’or à Annecy, avant de faire une razzia sur l’ensemble des festivals du monde entier.
Le récit se déroule pendant la prise de pouvoir puis le gouvernement génocidaire des Khmers rouges au Cambodge. Il nous interroge, avec force et délicatesse, sur la situation des hommes aux prises avec l’Histoire, leur capacité de résistance, les liens familiaux, la mémoire, l’hommage aux morts, l’exil, la culture comme rempart contre la destruction du monde…

Le film se déroule durant trois années effroyables (avril 1975-janvier 1979) au cours desquelles la population cambodgienne a été déportée, coupée de tout enracinement, enrôlée dans son ensemble dans une politique qui visait la création d’un monde neuf, retour au mythe originel du premier royaume de Funan. Les dirigeants khmers rouges, marxistes influencés par Staline comme par Mao, ont mis en place une terreur idéologique et policière, perpétuant un génocide et causant une famine structurelle.

Hannah Arendt : « le régime totalitaire est irréductible au despotisme »

Il nous semble intéressant de revenir sur la notion de totalitarisme, phénomène qu’Hannah Arendt a conceptualisé dans Les origines du totalitarisme (1951). Le totalitarisme bouleverse le rapport du régime à la société et la conception de l’État. Tout système totalitaire diffère des autres formes d’oppression politique (despotisme, tyrannie, dictature). Le champ de l’activité de l’État devient « total », et en conséquence l’autonomie du corps social disparait. C’est l’idée même d’autonomie qui se voit niée, soit la volonté d’ « en finir avec l’existence autonome d’absolument n’importe quelle activité (…), une domination permanente de tous les individus dans toutes les sphères de leur vie. »

L’Etat totalitaire se caractérise également par l’indifférence à l’égard du droit positif (constitution, lois en vigueur), par le fait qu’il ignore tout simplement cette référence, jugée dépassée. L’Etat ne trouve sa légitimité que dans son idéologie, « une idée qui permet d’expliquer le mouvement de l’histoire comme un processus unique et cohérent ». Il se confond également avec le parti.C’est la nature même de l’homme qui est attaquée par le totalitarisme : Arendt refuse de poser une essence de l’homme qui serait immuable. Son humanité tient en ses conditions d’existence : les détruire le plonge dans la désolation.

La domination totalitaire « se fonde sur la désolation, sur l’expérience d’absolue de non-appartenance au monde, qui est l’une des expériences les plus radicales et les plus désespérées de l’homme. »

Rendez-vous :

le 23 mars 17 h 30 au Ciné Lux à Cadillac avec le soutien des Cinémas Indépendants d’Aquitaine

le 4 avril à 21 h au cinéma le Festival de Bègles

Note d’intention du réalisateur :

Funan c’est l’histoire d’une famille. D’une femme. Ma mère.
Ce film raconte ses sacrifices, ses déchirures et sa survie sous le régime Khmers rouges. Par ce récit, je souhaite aborder les émotions, les relations. Explorer la complexité des rapports humains dans un contexte extrême d’oppression. Il ne sera pas question de bien et de mal. Le film nous plonge dans la vie de gens normaux, épuisés par la souffrance.
Il ne juge pas, ne blâme pas, mais essaie de comprendre et de faire comprendre. Car c’est bien le premier pas d’un long chemin vers le pardon. Nous n’avions pas l’intention de parler du contexte politique de l’époque, de faire de ce film un cours d’Histoire. Certes, des éléments sont intégrés, cités et exprimés, participant à la lecture du film. Mais dans l’ensemble, les informations historico-politiques restent succinctes. La documentation sur cette époque existe et ce film pousse à s’y intéresser.


Un film, n’est-ce pas aussi une porte entrebâillée qui invite à être poussée? Pour ma part, ce film est complètement ancré dans ma démarche de recherches sur le passé. Il me permet de uestionner une mémoire que j’ai fantasmée ou rejetée. Le fait
de savoir qu’on est, d’une certaine façon, le produit de ce genre d’événement, apporte forcément son lot de questionnements et de remises en question. J’évite volontairement le terme « traumatisme » que je trouve dur à porter. Il y a une forme de culpabilité de ne pas avoir vécu cela avec les siens. Funan m’a permis de reconstruire des personnages et leur vie à partir du témoignage de ma mère. Cette démarche créative m’a fait entrer dans les personnages pour vivre un peu avec eux tout ce qu’ils ont traversé.
J’ai choisi l’animation car j’en suis passionné. Je préfère également voir le personnage de ma mère interprété par le dessin, plutôt que par une véritable comédienne. L’animation
signifie également pour moi plus d’universalité. L’héroïne de Funan est cambodgienne, mais avant tout et surtout, une femme. Une mère.
L’animation est un médium idéal pour captiver le public en lui offrant du recul par rapport à la réalité. Le film est réaliste tout en préservant un espace pour l’interprétation. Subtilement, il provoquera, évoquera.

Ateliers enfants, Ici et là: philosopher avec les enfants

« Le silence attrapé par la manche », Labo philo avec la Compagnie des Cailloux sauvages

Après avoir bénéficié d’ateliers autour du langage et du théâtre d’objet, les élèves ont assisté à une représentation du nouveau spectacle de la Compagnie des Cailloux sauvages : « Le silence tiré par la manche ». S’en sont suivis des ateliers à visée philosophique, visant à mettre des mots sur les émotions suscitées par cette fable onirique, portée par une comédienne seule en scène, Isabelle Florido. Elle interprète des enfants, perdus dans l’océan du monde des adultes dont la présence alentour n’est pas toujours réconfortante.

« Dessus : ce que l’on dit, ce que l’on montre, l’endroit du repas, du jeu, du bain, de la rencontre avec l’autre. Dessous : le spectateur devine un monde d’objets qui sont autant de compagnons d’aventure, une fantastique cachette, un monde imaginaire, un grenier, un refuge. »

C’est le mystérieux monde de l’enfance qui s’ouvre à nous, chatoyant, nuancé, entre cachette et « pestacle », entre silence et grands discours.

Comment fait-on pour grandir ? Que peut-on dire avec des mots ? Qu’est-ce qui reste indicible ? Que racontent de nous les objets ? Nommer, se nommer, désigner, répéter… C’est le jeu infini du sens, qui se tisse comme une trame.

Envahi par les émotions (le rire, la peur, la surprise, l’exaltation, la honte…) le spectateur suit cette histoire aux multiples méandres, réfugié dans une cabane, désemparé dans sa maison, moqué dans la cour, protégé sous un tissu… Petits et grands sursautent et se passionnent pour chaque péripétie, toujours savamment suggérée, suffisamment subtile pour que l’imagination de chacun soit mise à contribution.

Fruit d’un travail en résidence à Grandchamps-des-fontaines, ce spectacle est né d’un glanage de souvenirs et de mots auprès de personnes âgées, par Zaz Rosnet, créatrice de la compagnie. La scénographie signée Hannah Daugreilh est une merveille de poésie intimiste.

Gageons que les théâtres de France et de Navarre offriront un bel avenir à cette œuvre magnifique qui commence tout juste à vivre.

Labo-Philo

Une cueillette de questions philosophiques nées du spectacle aboutit au choix de deux problématiques , traitées en demi-groupe.

Exemples recueillis dans les écoles de Gironde :

  • Qu’est-ce que la vie imaginaire ?
  • Peut-on vouloir changer de monde ?

« L’imaginaire c’est un espace vide qu’on remplit avec tout ce que l’on veut : des personnages, des légendes, des histoires… Sans la vie imaginaire, la vie réelle serait banale ! » Lili

  • Pourquoi devient-on violent ?
  • A quoi servent les langues ?

« Quand il y a de la violence, il faut aller le dire, sinon cela ne s’arrête jamais. » Noé

  • Le théâtre invente t-il ou raconte t-il la vie réelle ?
  • Faut-il contrôler ses émotions, ses sentiments ?
  • Peut-on expliquer la violence ?
  • De quoi est faite notre vie imaginaire ?
cinétoiles, Évènements publics

Féministes de tous les pays, unissez-vous !

La française Alice Guy, inventrice du cinéma d’auteur, ouvre la soirée avec la projection d’un court-métrage datant de 1906 intitulé « les conséquences du féminisme ». Les personnes présentes sont invitées à débattre : la revendication de l’égalité des droits est-elle analogue à l’indistinction des genres ? Des représentant.e.s de différents courants contemporains du féminisme présenteront leurs différents points de vue. Le débat est animé et modéré par Florence Louis, médiatrice en philosophie association Philosphères.

Mercredi 6 mars 20h-21h30, suivi d’un pot

Gratuit

Athénée municipal, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Événement Facebook

Une soirée organisée dans le cadre de la Semaine des droits des femmes