Vous parcourez la catégorie

Évènements publics

Agenda, Évènements publics

Parution du livre !

Paru le 19 novembre 2020

Mémoire vivante retisse l’histoire des quartiers autour de la gare de Bordeaux, de 1920 à aujourd’hui, avec leur passé cheminot et industriel, leur vie festive, leur échoppes fleuries comme leurs HLM.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE

Pendant deux ans, la journaliste Marianne Peyri et la philosophe Florence Louis ont rencontré les habitants des quartiers autour de la gare de Bordeaux pour penser avec eux la vie de leur quartier. Fruit de l’ambition de deux entrepreneurs saint-simoniens, les Frères Pereire, la gare du Midi devient au milieu du XIXème le centre névralgique des quartiers Sud de Bordeaux. Avec l’aménagement provoqué par Euratlantique et le développement de la LGV Paris-Bordeaux, c’est une histoire longue d’un siècle et demi qui est en jeu : elle se lit dans la mémoire, à travers l’architecture (conservée ou en photographie) et dans le cœur des habitants.

Aujourd’hui, alors que les grues strient le paysage et les chantiers battent leur plein, il n’est pas évident pour les femmes et les hommes qui vivent là, de retrouver une manière de faire ville. Et pourtant le quartier est bien toujours là , sous la poussière des travaux.

Le livre est richement illustré de photos d’aujourd’hui et d’hier, de portraits des habitants, de pensées des témoins et d’écrivains inspirants, matériaux réuni pour interroger notre capacité à construire ensemble une vie en commun.

LES AUTRICES

Florence Louis est philosophe et coordinatrice de l’association Philosphères. Marianne Peyri est journaliste pour plusieurs média de Nouvelle-Aquitaine, et intervenante pour Philosphères.

  • Un livre très documenté, avec de nombreuses photos inédites
  • Une écriture enlevée, basée sur de nombreux témoignages
  • Les autrices sont disponibles pour présenter l’ouvrage.

Ce beau-livre est coédité par l’association Philosphères et les Éditions du Détour. En vente dans les librairies dès le 19 novembre !

Le livre est le fruit d’une cinquantaine d’ateliers de paroles avec les habitants, financés par les partenaires ci-dessous, que l’association Philosphères remercie.

Évènements publics, Non classé

Les écrans et moi – Résultats

Et le grand gagnant est…. Philosphères ! UN GRAND MERCI à toutes les personnes qui nous ont soutenu et ont voté pour notre projet « Les écrans et moi ».

Les votes pour le budget participatif organisé par l’ARS se sont terminés dimanche et vous avez été majoritairement à montrer de l’intérêt à notre projet dont l’actualité est brûlante, à l’heure du reconfinement : quelle place accordons-nous aux écrans dans nos vie? Comment s’en libérer ?

On vous donne très vite rendez-vous autour d’ateliers pour en discuter ensemble, en petit groupe, à Bordeaux, l’école des Menuts, au collège Aliénor d’Aquitaine, au Foyer maternel mais aussi à la bibliothèque Saint-Michel-Capucins.

A bientôt!

Évènements publics, Non classé

« LES ECRANS ET MOI »

A vos votes!

La ville de Bordeaux et l’ARS lancent un projet participatif. Vous êtes invités à voter pour notre proposition pour le quartier Saint-Michel: des ateliers gratuits à l’école des Menuts, au Foyer maternel, au collège Aliènor et à la bibliothèque des Capucins, pour réfléchir ensemble à notre usage du numérique.

Nous sommes nombreux à souffrir de la place de plus en plus importante que prennent les smart-phones, ordinateurs, tablettes et autres écrans dans nos vie, au travail, à la maison, dans celles de nos enfants, des ados…

Prenons le temps de nous retrouver pour en discuter, imaginer autre chose et reprendre la main sur notre quotidien .

Covid oblige , le vote se fait par Internet, mais les ateliers se dérouleront en vrai, en petits groupes, dés Janvier 2021.

Détail et vote : https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/budget-participatif-sante-en-gironde-vos-votes

Toute l’équipe de Philosphères compte sur vous!

Évènements publics

Notre corps, nous-mêmes, 50 ans de luttes féministes

Un livre culte

Puberté, sexualité, maternité : au centre des combats féministes, le corps des femmes. En 1973, le livre Notre corps, nous-mêmes parait aux États-Unis, rédigé par un collectif de femmes : véritable manuel de témoignages, d’informations et de réflexion, il est adapté dans 35 langues, dont le français en 1977. Une version réactualisée vient de paraître : retrouvons les auteures qui ont participé à l’aventure éditoriale de 1977 et de 2020 !

Corps contre corps, 50 ans de luttes féministes

Notre corps, nous-mêmes est une histoire de transmission. De femmes à femmes, : la transmission d’expériences corporelles, du lien intime qui nous relie à nous-mêmes. Car le corps n’est ni objet pur, ni sujet pur. « Comment le corps qu’on a peut-il devenir le corps qu’on est ? » s’interroge la philosophe Anne Dufourmantelle. le corps est une expérience sensible sur laquelle nous avons un besoin vital de mettre des mots; C’est de quoi ce livre unique témoigne : des bienfaits de la prise de parole des femmes.

Instrumentalisé par une société de consommation qui fige les populations en catégories marketing, notre corps subit de plein fouet les vicissitudes du temps. Exhibé sous tous les angles, moqué, commenté, caché, mis en compétition, voilé, fardé, soigné, maltraité, drogué, prostitué, caressé, aimé, fantasmé, source de plaisir et de souffrances,désiré et désirant, le corps gagne à être ressenti, comme « un nœud de significations vivantes » (Merleau-Ponty), le poète Wendell Berry le compare à une œuvre d’art.

En quoi les corps féminins constituent-ils un sujet différent des corps humains tout court ? Parce qu’ils ont toujours fait figure d’anomalies ; la norme est celle du masculin. Les questions exclusivement féminines (règles, grossesse, accouchement, allaitement, cycles, ménopauses, sexualité féminine…) sont longtemps demeurées taboues. En arrière-plan, « les affaires de femmes relevaient du genre » (Illich). Prises en charge par l’autorité médicale, les femmes sont progressivement dépossédées de leur corps. pris en charge par la technologie, ils ne sont plus qu’abstractions, statistiques, courbes et pixels auxquels il faudrait se conformer.

C’est face à cette dépossession qu’il semble important de s’interroger sur ce que nous voulons transmettre, sur cette chaîne de vie qui relie les femmes depuis l’aube de l’humanité. Donner de la voix, reprendre la parole sur nos corps, sur nous-mêmes, c’est mettre des mots sur des émotions tues, sur le sentiment d’injustice, sur la joie des combats victorieux, sur l’amertume et la colère devant les crimes perpétrés, sur la formidable force qui nous anime quand nous sommes ensemble.

Rencontres à Bordeaux

Vendredi 6 mars, Université Bordeaux Montaigne (Victoire), 18h30-20h, rencontre-débat
« Corps contre corps, cinquante ans de luttes féministes » en partenariat avec Ophélie Rillon, historienne, de l’Atelier Genre (Centre Emile Durkeim & Laboratoire les Afriques dans le monde, Sciences Po Bordeaux), Liza Thalami de l’association Sexprimons-nous et les éditions Hors d’atteinte
Un rendez-vous proposé dans le cadre de la Semaine des droits des femmes, Ville de Bordeaux

20h30-22h30
Repas auberge espagnole et lectures, au Samovar, 18 rue Camille Sauvageau

Samedi 7 mars, 11 h

Rencontre à la librairie la Machine à lire avec Anne Raulin, Collectif 1977 et Marie Hermann, collectif 2020, éditrice

Machine à musique Lignerolles, 13-15 rue du Parlement Sainte Catherine- 33000 Bordeaux

Read More